Genet.jpg

Le Duo à créé sa propre Association : SIPASI T'IKA
 

qui veut dire dans la langue quechua ​"fleur de genêt".

Tout comme en occitan "flor de ginesta ".

Par contre en latin genêt se dit "spartium" ,
du grec "sparton" , qui signifie "corde".

Cette dernière citation nous arrangeait bien car nous jouons essentiellement les instruments à cordes .

​Les interprètes ...

Flor de ginesta
MYLÈNE LORION

Guitariste autodidacte, auteur compositeur interprète, chanteuse, 
Elle se dédie à l'étude de la guitare dès l'âge de 14 ans et poursuivra son cursus auprès de nombreux musiciens boliviens. 

Les sons et la technique d'Alfredo Dominguez ont une influence déterminante dans son approche de la guitare bolivienne. 
Pour enrichir ses connaissances sur la guitare sud américaine, elle explore aujourd’hui  le mystère du  tango avec un grand bonheur et une vraie passion, en compagnie de Maître Dino Negro et son bandonéon.   
Afin d'assouvir sa curiosité, son energie, et son appetit musical, aujourd'hui Mylène pratique aussi les Flûtes de Pan ( Siku, Paina, merekuchi et la kouvikly), l'accordéon diatonique ainsi que récemment la harpe Paraguayenne. 

MIGUELITO

Auteur-compositeur-interprète, formateur musical.
Membre de la société Bolivienne du charango (la Paz) au grade de concertiste. Pluri instrumentiste, danseur luthier, intervenant musical auprès des centres Musicaux Ruraux, animateur de danses traditionnelles.

 

Pour plus d'information consulter son site : 

http://miguelitomusique.wix.com/flute-de-pan

 

Dès l'âge de dix ans, il se dédie à l'étude des instruments à vent tels que la quena, les sikus et autres flûtes à bec des Andes. A treize ans, il achète son premier charango et devient vite un adepte de l'école du maître Ernesto Cavour, interprété depuis longtemps déjà par des groupes sud-américains tels que « Illapu, Los Calchakis, Quilapayun », etc ...

L'année suivante, il interprète le charango au sein du groupe « Los Hermanos del Sol ».

En 1973, il intègre le groupe "Los Araukayas" et effectue une tournée en France en compagnie du harpiste Ignacio Alderete, assurant les premières parties des artistes français : Rika Zaraï, Francis Lemarque, Gilles Dreux, Serges Lama et Nicoletta.

Il fabrique cette année-là son premier charango.

En 1974, il fonde le groupe « Los Tawas » dont le répertoire est spécifiquement bolivien. «Los Tawas » enregistreront cette année-là un 45 tours puis les années suivantes deux cassettes audio.

En 1979 et 1980, il incorpore le ballet national

« Katushia » de Oruro (Bolivie) et participe à deux carnavals comme danseur dans le groupe « Antawara » qui comprend 250 danseurs.

Le carnaval de Oruro est l'un des plus grands d'Amérique du Sud. Celui-ci réunit en effet plus de dix mille danseurs pendant trois jours.

Miguelito est l'invité des différentes radios, télévisions et peñas boliviennes. Il poursuit là-bas ses recherches sur le charango, aussi bien dans le domaine de l'interprétation que dans celui de sa fabrication et de l’accordage ,avec la complicité de nombreux instrumentistes et fabricants (luthiers) boliviens.

En 1982, il présente son premier spectacle en soliste et décide de poursuivre dans cette voie afin de valoriser le charango.

Affinant ses investigations et poursuivant la fabrication des charangos en respectant les critères esthétiques et sonores régionaux de Bolivie, Miguelito se trouve aujourd'hui en possession d'une collection impressionnante de tous les instruments des Andes, avec, plus original encore, une famille complète de charangos (de l'école « Mauro Nũnez ») comprenant 10 charangos ( de tailles différentes ), cette dernière étant unique au monde .

 

En 1988, il entame la fabrication de Muñecas (poupées) à l'effigie des nombreux costumes régionaux boliviens. Cette collection originale et unique en Europe fut d'importance et présentée au Musée Ethnographique de Genève.

En 1991 cette collection de poupées sera présentée à Gap (Hautes-Alpes ) lors de la rencontre "Jose Maria Arguedas", organisée par l'association  Kausasun. Miguelito a été, ces dernières années, invité ponctuellement sur les scènes de variétés boliviennes et françaises, par Florido Alvis et Luzmila Carpio au cours de leurs tournées.

En 1992, il enregistre une cassette audio uniquement dédiée au charango, qui reçoit un accueil très favorable de la part du public intéressé et des spécialistes de la musique traditionnelle.

Du 2 au 11 Octobre 1997, parmi 9 pays invités par la Société Bolivienne du Charango, il représentera la France au 2éme Congrès des charanguistes et à la première rencontre internationale du charango se déroulant à la Paz (Bolivie).

Du 11 au 15 Octobre 1999, il est Président de la délégation française à l'occasion du 3éme Congrès et de la seconde Rencontre Internationale du Charango qui se déroulait cette fois-ci à Potosi (Bolivie). Au cours de cet événement, il reçut quelques titres de reconnaissance (grade de concertista S.B.C., Huésped grato de la ciudad de Potosi, socio honorario del museo de instrumentos de musica, Cavour Aramayo).

Concerts, radios, télévisions, entrevues et rencontres avec les plus grands interprètes et fabricants de charangos lui confirmeront que son travail est connu et reconnu par ses maîtres boliviens.De 1981 jusqu’en 2000, Miguelito, discret mais toujours fidèle à sa passion pour la Bolivie, propose son spectacle comme soliste : Miguelito et ses charangos boliviens.

Pendant prés de quinze ans, il diffuse ses connaissances et son goût pour la musique dans de nombreuses écoles, avec la complicité des Centres musicaux ruraux de France et dans les locaux de la « Fontaine de l'ours » à Auzet (04)

Depuis juillet 2000, c'est en compagnie de la charmante et excellente guitariste Mylène Lorion, que tout deux enchantent le public du chant, de la musique et de la danse bolivienne (duo Flor de retama)appuyant la démarche par la sortie d'un c.d.

Du 18 au 22 mai 2009, Miguelito présente son exposition de 70 charangos à Paris au festival du charango sous l’égide de UNESCO et de l’ambassade de Bolivie.

Du 19 au 24 octobre 2009, il participe au 1er congreso international de charanguitas et 7ème encuentro international del charango, à Potosi faisant partie de la commission des fabricants et joue dans la nuit des maestros le 23 octobre.

Le lendemain 24 oct. Il intégrera«l’Orquesta de los Mil Charangos» dans le stade Victor Agustin Ugarte de Potosi.

Le 27 octobre, Miguelito se voit déclaré«Huesped illustre»,(invité célèbre) de la ville de Uncia, capitale de la province de Bustillo.

Remise de l'ordonnance municipale à titre d'invité d'honneur de la ville de Potosi par le maire, Dr Alberto Castro Lizondo. Remise du certificat de participation au 2ème congrés des charanguistes, à la Paz par Jose Lanza Salazar, officiel majeur de la culture .

Remise du certificat de participation au 3ème congrés des charanguistes et du 2eme festival international dans la ville de Potosi, bolivia, par le maître Willy Loredo.

Frestèu -Occitanie.JPG